top of page

Vous quittez une zone de contrôle
Taisiia Cherkasova

26 avril  - 20 mai 2023 

81 boulevard Beaumarchais 75003 Paris

Taisiia Cherkasova est une artiste plasticienne ukrainienne qui vit et travaille à Paris.

 

Elle utilise le bois, le textile et la céramique pour former ses sculptures hybrides, qui deviennent le support de sa peinture.

 

Le mélange de différents médiums, textures et techniques crée son langage visuel singulier. La morphologie de ses pièces est complexe. Elles font des corps hétéroclites couverts de cuirs, de velours, de tatouages et de peintures. 

 

Ce jeu graphique nous renvoie vers sa propre histoire, ses souvenirs et son inconscient. On se plonge dans sa narration picturale progressivement. Comme pendant une séance d'hypnose, le processus prend du temps. Le rendu de ses pièces est volontairement flou, les multiples niveaux de lecture apparaissent petit à petit.

 

Son travail est une chimère sauvage, il faut apprendre à le regarder pour découvrir son côté docile. Les symboles et les références  employés dans ses œuvres sont nombreux. Certains d’eux viennent de la culture populaire , des Arts Martiaux ou encore du cinéma. Ils jouent le rôle d’indices dans cette quête visuelle dans laquelle on a le plaisir de se perdre.

"Vous quittez une zone de contrôle"

Fermez les yeux. Laissez vous porter par le son de ma voix. Vous oubliez votre corps. Vous avez envie de prendre le temps, de vous laisser aller.

 

Regarder les pièces de Taisiia Cherkasova c’est explorer les zones insoupçonnées de l'inconscient et interroger le fantasme, qui est à la fois transgressif et libérateur. Ses sculptures comme des corps brumeux qui renferment des bribes de réalité, des histoires vraies, imprégnées de désirs et de tourments. Elles sont comme des fragments de mémoire qui tenteraient de se matérialiser sous une forme physique. Tous les éléments concourent à créer une ambiance, à exprimer une vie intérieure, celle de l'inconscient insoumis. 

 

Vous considérez l’environnement autour de vous, la réalité vacille, des sollicitations sensorielles sont présentes mais vous ne sentez plus rien. Progressivement imprégné par la détente, vous sombrez, vous quittez une zone de contrôle.

 

Monde crûment matériel, chaque expérience que nous vivons qu’elle soit heureuse, galvanisante ou au contraire triste, douloureuse, nous marque dans la chair. Notre corps enveloppe nos organes, notre machine fonctionnelle mais aussi nos souvenirs, nos peurs, nos émotions. Nous sommes donc modelés par notre vécu mais aussi par notre environnement, une position sociale, des devoirs. Pourtant, une animalité sommeille en nous, souvent considérée comme dangereuse, elle représente également une source nécessaire d’imagination et de vitalité. La superposition de la silhouette des pièces et les scènes peintes sur leur surface rappelle la figure du double, caractérisant l’ambivalence de la nature humaine. 

 

Laissez venir à vous vos pensées. Accueillez les images qui vous apparaissent, vous percevez des formes et des couleurs. Comme s’il y avait votre corps devant vous mais votre esprit, lui, se promenait autre part dans la pièce, comme s’il n’avait plus besoin de ce corps pendant un instant. 

 

Les œuvres se manifestent comme des personnages complexes, dont leur monde intérieur se découvre progressivement et rend leur apparence trompeuse. Les peintures, inspirées d’images de films ou de photographies, reposent dans les entrailles de formes douces et sensuelles. Ce relief visuel crée une sorte de «vertige». D’un coup il n’y a plus de frontière, tout est mouvant. Le cadre qui d’habitude conforte le regard et l’oriente, s’efface pour laisser la réalité et l’inconscient se chevaucher. Cette fusion nous amène à revoir le rapport que nous avons à notre côté sauvage et nous encourage à l’accueillir avec apaisement. 

 

Vous revenez progressivement dans la réalité. Prenez quelques respirations et réancrez vous dans l’espace où vous vous trouvez. Votre environnement se fait sentir de nouveau, ses bruits, ses odeurs. Vous pouvez rouvrir les yeux. N’hésitez pas à revenir vers cette séance quand vous en aurez envie.

 

Julia Gomila

bottom of page